Rechercher
  • EMP

Je veux être la queen du backlit

Premièrement le backlit c'est quoi? C'est le fameux «ah non mets-toi pas comme ça! Tu vas être à contre-jour», c'est quand la source de lumière principale est située derrière le sujet. Moi, le contre-jour j'y donne un gros calin et un gros bisou d'amour. Ok oui, quand il s'agit de mettre un sujet devant une fenêtre dans une pièce relativement sombre je ne trouve pas ça si merveilleux que ça. Mais quand on utilise cette technique dehors avec un soleil qui se couche ou qui se lève... Le résultat peut être spectaculaire.


Beaucoup de photographes aiment faire des séances quand le ciel est couvert, parce que les nuages agissent comme un diffuseur et laissent passer une lumière constante et uniforme. Résultat: peu d'ombres. Personnellement, les jours gris ne me font pas autant plaisir qu'aux autres. Non seulement j'ai un karma vraiment très mauvais avec les nuages et je me fais toujours attraper par la pluie, mais je ne peux pas faire de backlit puisqu'on ne voit pas le coucher du soleil.


Pourquoi j'aime ça tant que ça? Parce que ça met le sujet en valeur en lui donnant un halo lumineux. C'est le paradis des lens flare (désolé, je ne connais pas du tout le mot pour ça en français), les couleurs sont intenses, et je trouve que l'image générale me semble pus vivante et dynamique.

Quelques aspects sont plus difficiles à maîtriser par contre comme le focus, l'appareil a de la difficulté à faire le focus sur le sujet parce que la lumière est très intense autour de celui-ci il faut parfois utiliser sa main pour faire comme une casquette à l'objectif le temps de faire un focus adéquat. Il y a aussi le problème des lens flaire. Oui j'ai dit que c'est un point fort de ce type d'éclairage (pour ceux qui aiment ça, parce que un choix personnel au photographe), mais parfois l'effet se fait au mauvais endroit, c'est bien malheureux de se rendre compte après la séance que le client a un rond vert sur un œil ou en plein milieu du visage. La visibilité est aussi très réduite, parce que si le sujet est dos à la lumière, ça veut dire que vous avez la lumière directement dans les yeux. Il est aussi difficile de voir sur l'écran de l'appareil (même principe que de regarder son écran de cellulaire en plein jour dehors, on n'y voit pas grand chose), parfois c'est un peu comme travailler à l'aveugle: on ne voit rien dans le viseur, on ne voit rien à l'écran, il faut seulement espérer que tout soit bien beau et se faire confiance. Le cadrage aussi est plus difficile, parce qu'il faut gérer l'angle du sujet par rapport à la source de lumière. Si le soleil est encore très fort, il faut essayer de cacher le plus le soleil par le corps du modèle sinon tout va être ébloui par la source de lumière et il y aura un gros déficit en contraste. Lorsque le soleil est moins intense, on peut s'amuser à le montrer à moitié ou complètement, ou pas du tout, bref il y a plus de marge de manœuvre.


Malgré toutes ces petites contraintes, c'est mon type de lumière préféré et ça défini beaucoup mon style en tant que photographe aussi. Mes clients savent que j'en fais et viennent souvent me voir pour ça.


J'espère vous avoir donné envie d'essayer ce genre de photographie, ça vaut vraiment la peine de l'essayer!


Eli


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout